Accueil

cropped-PORTRAIT-3.jpg

 

MENU

L’affaire Boulin 
Le dossier judiciaire  
Ressources
Le Dormeur du val 
Qui était Robert Boulin 
le Blog  
L’Association     

 

SIGNEZ LA PETITION EN LIGNE

Affaire Boulin: la Justice c’est maintenant Cliquez ici pour signer

 

DERNIERES NOUVELLES DU FRONT

03 Mars 2015

Affaires sensibles sur France Inter

La mort de Robert  Boulin, ou la vérité introuvable

 04 Février 2015

Fabienne Boulin « Que la France m’aide »

La fille de l’ancien ministre se bat encore pour que l’enquête soit rouverte. Dans un an, il sera trop tard / Article à lire dans Sud Ouest

30 Janvier 2015

France Bleue Gironde – Entretien avec Fabienne Boulin 

« La justice française continue à couvrir un mensonge d’Etat, elle me doit des comptes. Rien n’est cohérent dans la thèse du suicide, il s’agit bien d’un assassinat politique » / A écouter sur France Bleu

28 Janvier 2015

Fabienne Boulin sollicite la CIA

La fille de Robert Boulin en appelle à la CIA pour élucider la mort de son père / Article à lire dans 20mn

5 décembre 2014

Lettre au Président de l’AN

Fabienne Boulin écrit à M Claude Bartolone à la suite de la campagne de désinformation sur La Chaîne Parlementaire: Lettre au President AN (pdf)

9 Novembre 2014

Plus de Bémols !

 Le Ministre mourut loin de la Garonne,
endeuillant la France un dimanche d’automne,
d’un ruban de crêpe enveloppé d’émotion,
dû au décès de cet enfant de la Nation.
Je me souviens des réunions à Libourne,
quand son planning permettait qu’il y séjourne,
et de la chaleur que cet homme nous apportait,
avec son sourire empreint de fidélité.
Il aimait sa belle ville girondine,
non loin de son cher Villandraut d’origine,
où son corps si souvent torturé repose,
après avoir tenté de plaider sa cause.
Lui qui s’engagea pour chasser nos ennemis,
Résistant parmi d’autres ombres du maquis,
croyait à l’amitié en toute confiance,
aux serments et non aux cruelles offenses.
Il possédait une précieuse richesse,
un cœur tendre débordant de gentillesse,
qualité ignorée par ses adversaires,
jalousant son inépuisable carrière.
Sa mémoire éclaboussée par l’injustice
implore que cesse ce long supplice
dans une prière à la magistrature,
dûment parafée d’honnêtes signatures.

Line NOËL

26 Novembe 2014

L’Association Robert Boulin – pour la Vérité répond à la
campagne de désinformation sur La Chaîne Parlementaire

Dernier avatar du traitement médiatique de ce “vieux serpent de mer de la Vème République”, comme se plaisent à ergoter les speakers du JT, nous observons que le documentaire (sic)  Vie et Mort de Robert Boulin est diffusé en boucle depuis plusieurs mois sur LCP Assemblée Nationale : pas moins de 15 fois entre octobre 2013 et novembre 2014 !  Un bel exemple de matraquage de la propagande officielle.

Ce documentaire de Gilles Cayatte ne fait que salir la mémoire de Robert Boulin tout en cherchant à discréditer le combat de sa famille.

Sa première diffusion, sur France 3 le 28 janvier 2013, s’inscrivait dans un contexte particulier. Elle intervenait à la veille de la soirée consacrée par la même chaine à l’affaire Boulin, le 29 janvier, avec la diffusion suivie d’un débat, d’un film, beaucoup mieux documenté, de Pierre Aknine, Crime d’Etat, qui constitue une réponse forte et convaincante à la fable indigente de Cayatte. D’autant qu’à la différence du film d’Aknine, celui de Cayatte, et c’est ce qui lui enlève irrémédiablement toute crédibilité, se contente, du propre aveu de son auteur, d’exposer ce que l’on croyait savoir de l’affaire en 1979. Il ignore donc délibérément et complètement les avancées décisives faites, depuis lors, dans la recherche de la vérité et qui démontrent que cette version officielle de 1979 ne reposait que sur un mensonge d’Etat. C’est bien évidemment ce qui a conduit la famille de Robert BOULIN à refuser de participer à cette mascarade audiovisuelle. Et l’on pouvait  penser que la présentation successive des deux films par France 3 répondait alors à un certain souci « d’équilibre » de la part de la chaine.

Trente-cinq ans après, ce documentaire nous propose un parfait remake de la campagne de diffamation orchestrée en 1979 contre Robert Boulin et visant à l’assassiner politiquement. Usant ad nauseam de l’amalgame, de l’allégation, du sous-entendu et de l’insinuation, il le caricature en acteur subalterne de l’arène politicienne, victime malheureuse de la horde de ses « animaux politiques », conformément à l’image qu’ont tenté naguère de peindre ses ennemis et peut-être même ses assassins pour justifier la thèse officielle. La sinistre fable du suicide de Robert Boulin n’est plus seulement suggérée mais purement et simplement mise en scène. L’instrumentalisation des faits et de la personnalité de Robert BOULIN va jusqu’à salir son honneur de résistant.

Ce documentaire est un petit illustré de la bonne vieille méthode de la désignation / dissimulation : on cite quelqu’un, mais on ne cite pas ce qu’il dit. Ainsi, à la suite de sa diffusion, Jean Charbonnel avait écrit au président de France Télévisions pour s’indigner de la manipulation de son témoignage par G. Cayatte. Par un procédé plus vil encore, Gilles Cayatte n’hésite pas à faire parler les morts, égrainant son récit d’extraits en voix off d’un livre de Bertrand Boulin, décédé en mai 2002, écrit à chaud sous le poids du deuil mais aussi sous le poids des mensonges des autorités de l’époque, quand il tentait de mettre ses propres mots sur l’inexplicable geste prétendu de son père. Faire un tel usage de ce livre est indigne alors que Bertrand Boulin n’a cessé ensuite jusqu’à sa mort de se battre haut et fort contre la thèse officielle du suicide.

Ce documentaire se trouve disponible sur le site de l’INA, institution elle-même publique, alors que ni le film de Pierre Aknine, ni le documentaire de France 2 de Marie-Pierre Farkas, ni l’enquête approfondie de Bernard Nicolas et Michel Despratx sur Canal+ n’y sont même référencés. Pas plus qu’on ne trouve trace sur ce même site de l’INA du document sonore de B. Collombat diffusé dans le magazine Interception de 2003, ni du récent Droit(e) de mort sur Robert Boulin de Médiapart. LCP et l’INA sont des structures financées par l’impôt. Cette entreprise de désinformation des français est un véritable scandale. Les dirigeants de ces institutions, surtout après avoir reçu la lettre de protestation de Jean Charbonnel, ne peuvent ignorer le caractère partisan de ce montage audiovisuel outrageusement partial. Cette diffusion relève d’une tentative de propagande et d’intoxication de téléspectateurs qui, parce qu’ils financent ces structures et comme le prévoient le status de celles-ci, ont droit à une information loyale, impartiale et intègre sur l’histoire de notre pays.

Le traitement de l’affaire Boulin dans ces médias publics est manifestement déséquilibré, si tant est que l’équilibre entre le mensonge et la vérité soit une quête légitime. Peut-être cela n’étonnera personne, en cette période de déclin moral et intellectuel du politique, dont l’assassinat de Robert Boulin est une étape symbolique et historique déterminante. Mais cela doit cesser au plus vite. La rediffusion à la même fréquence du film de Pierre Aknine s’impose désormais.

Parce que ce dossier sera définitivement prescrit en janvier 2016 et que cette prescription réjouira tous ceux qui assènent médiatiquement l’hypothèse pourtant indéfendable selon laquelle Robert Boulin se serait suicidé, il est temps de briser le mur de l’omerta et de faire toute la Vérité sur la part d’ombre que recouvre l’assassinat, en toute impunité, d’un représentant du peuple et défenseur intègre de l’intérêt général.

Le salut de la République dépend de notre capacité à mobiliser un fort mouvement populaire contre tous ceux qui depuis trop longtemps la dépouillent à leur profit. L’affaire Boulin est symptomatique de ces dérives inacceptables. Il est urgent et nécessaire de faire la vérité et qu’enfin la Justice passe dans cette affaire.

 Association Robert Boulin – pour la Vérité,  Bordeaux le 26 novembre 2014

—————————————————————–

NOUVEAU Suivez nous désormais sur Tweeter : @AssoBoulin

A ce jour nous n’avons reçu aucune réponse officielle aux deux lettres ouvertes adressées à Madame Taubira et Monsieur Ayrault suite à la diffusion de Crime d’Etat sur France 3 et aux dernières révélations de Benoît Collombat.

Le contexte politique et social en France démontre chaque jour d’avantage la décrépitude avancée de nos institutions. L’opinion publique semble aujourd’hui prête à ouvrir les yeux sur les turpitudes de nos représentants politiques.

La part d’ombre de la 5ème République que renferme la vérité de l’affaire Boulin est plus que jamais d’actualité. Le mur de l’Omerta doit tomber.

 

30 Octobre 2014

Entretien avec Fabienne Boulin-Burgeat

par Guillaume Duhamel à lire sur le Nouveau Cénacle

—————————————————————–

29 Octobre 2014

Boulin, 35 ans de forfaiture(s)

par Casanier à lire sur le blog Médiapart

—————————————————————–

24 Avril 2013

Moraliser sérieusement devrait commencer par le dossier Boulin

par Sylvie Matton à lire sur Rue 89

—————————————————————–

Mercredi  29 Mai 2013

DERNIÈRES RÉVÉLATIONS PAR BENOÎT COLLOMBAT

Le combat contre l’omerta sur la mort de Robert Boulin continue! Ce matin au journal de France inter, Benoît Collombat apporte de nouvelles révélations mettant définitivement à bas la version officielle: http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=644820

 Le dossier complet sur le site de France inter: http://www.franceinter.fr/article-de-dossier-affaire-boulin-de-nouveaux-temoins-sortent-du-silence

Le député socialiste de la Gironde, Florent Boudié, réclame aujourd’hui la réouverture d’une information judiciaire et la désignation d’un juge d’instruction pour « faire toute la lumière » sur cette affaire d’Etat. Dans les prochaines semaines, avec notre avocat Olivier Morice, nous déposerons une troisième demande de réouverture du dossier d’instruction sur fait nouveau.

—————————————————————–

AKNINE

Vendredi 22 Février 2013

LETTRE OUVERTE À JEAN-MARC AYRAULT

Ci-joint la lettre ouverte que je viens de faire parvenir au premier ministre. Cette lettre fait suite au courrier que les députés Bruno Le Roux et Florent Boudiè lui avaient adressé le 30 janvier dernier, ainsi qu’à ma propre lettre ouverte à Madame Taubira publiée par Sud-Ouest le 29 janvier.  Lettre ouverte de Fabienne Boulin Burgeat au Premier Ministre.

—————————————————————–

Samedi 16 Février 2013

Affaire Boulin : « les magistrats décideront » pour Jean-Marc Ayrault

L’enquête sur la mort de l’ancien ministre et maire de Libourne sera-t-elle rouverte ? Interrogé sur le sujet, le premier ministre n’a pas pris position. Au sein du PS, plusieurs élus y sont pourtant favorables.  Vidéo France 3 

—————————————————————–

29 Janvier 2013 

lettre ouverte à Christiane Taubira

«Quand connaîtrons-nous la vérité sur les circonstances de la mort, en octobre 1979, de mon père, Robert Boulin, ministre en exercice de Valéry Giscard d’Estaing et plusieurs fois ministre du général de Gaulle ? Cette question, votre collègue Laurent Fabius, alors porte-parole du Groupe socialiste, l’avait posée en pleine séance de l’Assemblée nationale au Premier ministre de l’époque, en ajoutant, de manière prémonitoire :  »Qui nous garantit qu’une fois de plus, elle ne sera pas étouffée ? »

Cette question, trente-trois ans après les faits, la plupart des Français continuent de se la poser,comme en témoigne la diffusion ce soir, sur France 3, du film « Crime d’État », de Pierre Aknine. Ce film illustre avec précision les rouages de l’entreprise crimino-politique dont il paraît de plus en plus clair que mon père fut la victime. Cette explication qui s’appuie sur nombre de faits avérés dans l’enquête judiciaire elle-même apparaît tout à fait crédible, contrairement à la thèse officielle du suicide, dont nous savons maintenant qu’elle fut hâtivement bâtie avant le tout début de l’enquête, avant même la découverte officielle du corps de mon père, avant même encore toute autopsie.

Au fil des ans, le travail des avocats de la partie civile ainsi que de nombreuses enquêtes approfondies de journalistes d’investigation ont toujours abouti à la même conclusion : la thèse officielle n’est pas valide, elle ne repose sur aucune analyse étayée scientifiquement. Ce dossier a été émaillé, dès son origine, par de graves dysfonctionnements couverts par les turpitudes de représentants de l’État : vols répétés de scellés judiciaires et disparitions inexpliquées de pièces du dossier, faux témoignages, faux en écriture et pressions sur les témoins. Tout cela sans que la justice ne semble s’en émouvoir, ni même s’interroger.

En juin 2010, le procureur général de Paris cédant au point de vue exprimé publiquement quelques jours plus tôt par la garde des Sceaux de l’époque, Mme Alliot-Marie, n’a pas jugé opportun de rouvrir l’instruction judiciaire, alors que nous avions mis en évidence des faits nouveaux d’une portée considérable et justifiant pleinement notre demande de réouverture. Notamment, le fait que l’heure réelle de la découverte du corps du ministre par les autorités se situe vers 2 heures du matin, alors que la thèse officielle affirme qu’elle n’a eu lieu qu’à 8 h 45.

L’ouverture d’une nouvelle information judiciaire sur la base de l’ensemble des faits nouveaux découverts postérieurement à l’ordonnance de non-lieu s’impose toujours. De nombreux témoins restent à entendre, et ils n’accepteront de se confier qu’à un magistrat indépendant. Plusieurs expertises sont encore nécessaires, et possibles. Une reconstitution sur la scène du crime devrait enfin être ordonnée, qui démontrerait de facto que la thèse officielle est matériellement et scientifiquement infondée. Jugerez-vous à votre tour inopportun de faire la vérité sur l’affaire Boulin ? Ou bien conviendrez-vous avec moi et tous ceux qui s’indignent de la manière inacceptable dont ce dossier a été traité qu’il est grand temps que la justice fasse son œuvre ? La vérité peut encore être établie, mais le temps presse. »

Fabienne Boulin-Burgeat / Sud Ouest,  Article à lire ici

—————————————————————–

274 réflexions au sujet de « Accueil »

  1. Cette affaire nous concerne tous! Nous avons le droit de connaitre la vérité en particulier sa femme et ses enfants. Il serait grand temps de faire toute la lumiere sur cette affaire et que les coupables payent enfin.

  2. Madame Boulin devrait faire une annonce dans l’intérêt de la nation. D’une part pour que quelqu’un parle et d’autre part parce que il y a forcément une ou des copies des dossiers sensibles qu’il a emporté le jour où il s’est fait assassiné. Je ne vois pas comment un ministre qui a passé toute une matinée à faire des photocopies au sous-sol de son ministère n’ai pas pensé à faire des copies. Sans doute que certains doivent continuer à trembler : ceux qui détiennent ces dossiers et ceux qui espèrent qu’il ne sortiront jamais.

  3. Bonjour !

    j’ai suivi de façon intermittente le téléfilm avec François Berléant et je suis interloqué par ce que j’ai compris. Les assassins sont clairement désignés, et on laisse passer ce téléfilm alors que les responsables dont un ex-président de la république coulent une retraite paisible …
    A quoi rime ce pays ????

  4. voilà le post que j’ai passé sur orange forum Hollande

    Qui est d’accord…-En Janvier 2016 ,je ne vote plus.
    Le temps presse, car en janvier 2016, la date de prescription sera atteinte et l’affaire définitivement classée.

    Acteurs : François Berléand, Philippe Torreton, André Marcon, Grégoire Oestermann, Stéphane Jobert
    Réalisateurs : Pierre Aknine
    Date de sortie du DVD : 11 mars 2015=17€
    Durée : 90 minutes
    Synopsis

    En 1979, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, Robert Boulin est nommé ministre du Travail et de la Participation. Afin de réduire l’influence de Jacques Chirac, celui-ci est prédestiné à devenir Premier Ministre. Pourtant, des lettres anonymes à destination des médias l’accusent d’avoir acquis de manière illégale un bien immobilier dans le Var. Robert Boulin ne cessera de ce défendre des faits qui lui seront reprochés jusqu’au 30 octobre 1979, lorsque son corps retrouvé dans la forêt Rambouillet. Alors, que les enquêteurs et la justice concluent alors à suicide, son entourage propage des rumeurs d’assassinat.

    Un homme à abattre : Contre-enquête sur la mort de Robert Boulin Broché – 11 avril 2007
    de Benoît Collombat (Auteur)=23,40€
    Le 30 octobre 1979, le corps de Robert Boulin est retrouvé dans un étang, près de la forêt de Rambouillet. On conclut immédiatement à un suicide. Le ministre n’aurait pas supporté d’être mis en cause dans une sombre affaire immobilière. Mais, dès ce moment, beaucoup s’interrogent et évoquent l’hypothèse d’un assassinat. Près de trente ans plus tard, l’affaire Boulin demeure une énigme irrésolue. Ce livre est le fruit de cinq ans de contre-enquête. Son auteur a exploré toutes les archives, publiques ou privées, et interrogé plus d’une centaine de témoins. II fait apparaître un incroyable imbroglio judiciaire. Expertises sabotées. Disparitions en série de scellés pourtant indispensables à la recherche de la vérité. Enquêteurs et témoins qui mentent ou se dérobent à la justice. Confrontations jamais organisées… II révèle les coulisses d’une des affaires les plus explosives de l’histoire de la Ve République : Robert Boulin n’aurait-il pas été éliminé parce qu’il en savait trop sur le mode de financement du RPR ? De nombreux éléments troublants confortent aujourd’hui la thèse d’un règlement de comptes politique. Le livre de Benoît Collombat jette une lumière crue sur des mœurs politiques qui n’ont, hélas, rien perdu de leur actualité.
    Enquête rigoureuse et bien menée. Le livre surprend en vous emmenant d’abord vers l’hypothèse du suicide, avant de mettre en pièce la thèse officielle au profit d’une démonstration rigoureuse des conditions et des raisons de cet assassinat politique. Une vraie plongée dans la politique française des années 70, entre roueries et complots politico-financiers. Ce livre ne donne pas le moral, mais éclaire la réalité des enjeux politiques en France, ou en Occident, de la lumière crue qui sied si bien aux autopsies.
    1-La fille de feu Robert Boulin, Fabienne Boulin Burgeat, a créé un site pour recueillir les pétitions et demander la réouverture de l’enquête :
    http://www.robertboulin.net/
    2-En décembre 2011, la députée UMP Chantal Brunel, ancienne attachée de presse de Christian Bonnet, racontait sur son blog qu’elle avait été conviée par Claude Guéant à un diner réunissant l’ancien ministre et ses collaborateurs. L’affaire Boulin était-elle au menu de ce repas singulier ? C’est l’une des nombreuses questions que Fabienne Boulin désespère de voir la justice se poser.
    La fille de l’ancien ministre est plus que jamais persuadée que son père a été tué par le SAC parce qu’il menaçait de révéler les financements occultes dont bénéficiait le RPR, l’ancêtre de l’UMP. Bien que de nouveaux éléments accréditent la thèse du crime, Nicolas Sarkozy s’est toujours opposé à la réouverture du dossier. Et les lettres ouvertes adressées par Fabienne Boulin à Jean Marc Ayrault et Christiane Taubira demeurent sans réponse. A croire que le personnel politique de la Vème République, toutes sensibilités politiques confondues est toujours gêné aux entournures par l’affaire Boulin.
    Mercredi 11 mars 2015 SUD-OUEST
    3- La fille de l’ancien ministre vient par ailleurs de subir un nouveau revers judiciaire : la Cour Européenne des droits de l’homme, qu’elle avait saisi il y a quatre ans, a déclaré irrecevable sa requête, pour contraindre la justice française à rouvrir le dossier. Ce dossier est clos depuis le non-lieu prononcé il y a 24 ans. Depuis cette date, Fabienne Boulin revient régulièrement et inlassablement à la charge, avec à chaque fois, de nouveaux témoignages appuyant la thèse de l’assassinat politique. Mais rien n’y fait.
    « La justice française continue à couvrir un mensonge d’Etat, elle me doit des comptes. Rien n’est cohérent dans la thèse du suicide, il s’agit bien d’un assassinat politique ».
    — Fabienne Boulin-Burgeat
    4-Nouvel élément dans ce dossier : la fille de Robert Boulin, Fabienne Boulin-Burgeat , vient de saisir la CIA. Les services de renseignement américains ont en leur possession un dossier sur les circonstances de la mort de l’ancien ministre de Raymond Barre. Ce dossier existe bel et bien. Benoît Collombat, journaliste à France Inter, en a obtenu l’assurance. Et il avait tenté, en vain , de récupérer lorsqu’il a écrit en 2009 son livre sur l’affaire Boulin. Les autorités américaines avaient alors invoqué le secret défense, et la volonté de ne pas nuire aux relations avec la France.
    « J’espère qu’une demande en mon nom propre aura plus de chances d’aboutir ».

    — Fabienne Boulin-Burgeat
    http://www.francebleu.fr/player/export-inline?content=2109351#
    Jeudi 29 janvier 2015 à 15h36
    ANNEXE : 5 décembre 2014-Lettre au Président de l’AN-
    Fabienne Boulin écrit à M Claude Bartolone à la suite de la campagne de désinformation sur La Chaîne Parlementaire: Lettre au President
    http://www.robertboulin.net/wp-content/uploads/2012/12/Lettre-au-President-AN.pdf
    Paris, le 5 décembre 2014
    M. Claude Bartolone
    Président de l’Assemblée nationale
    Hôtel de Lassay
    128, rue de l’Université
    75355 PARIS 07 SP
    Monsieur le Président,
    Créée par la loi du 30 décembre 1999, la Chaîne parlementaire diffuse depuis lors les émissions des sociétés de programmes LCP-Assemblée Nationale et Public Sénat. Bénéficiant exclusivement de fonds publics, LCP doit répondre à une exigence d’impartialité posée par la loi, exigence intrinsèquement liée à sa mission de service public et de formation des citoyens à la vie publique. En application du principe de séparation des pouvoirs, LCP n’est pas soumise à l’autorité de régulation de l’audiovisuel (CSA) mais à celle du bureau de l’Assemblée nationale que vous présidez. Et c’est à ce titre que nous vous saisissons officiellement aux fins de mettre fin à ce qui constitue, de la part des responsables de LCP, un manquement grave, manifeste, et répété à l’exigence d’impartialité qui engage cette « chaîne citoyenne ».
    Du 13 novembre 2013 au 26 novembre 2014 LCP a diffusé à quinze reprises un « documentaire » de Gilles Cayatte intitulé: Vie et Mort de Robert Boulin, ce programme étant également disponible en podcast sur Internet. Loin de fournir une information objective et impartiale, ce documentaire ne fait que salir la mémoire de Robert Boulin et celle de sa famille en cherchant à discréditer le combat de sa fille pour la vérité sur les circonstances de sa mort.
    La première diffusion de ce documentaire sur France 3 le 28 janvier 2013, s’inscrivait dans un contexte particulier. Elle intervenait à la veille d’une soirée consacrée par la même chaine à l’affaire Boulin, le 29 janvier, avec la diffusion, suivie d’un débat, d’un film beaucoup mieux documenté de Pierre Aknine, Crime d’Etat, qui constitue une réponse forte et convaincante à la fable indigente de Monsieur Cayatte. On pouvait penser que la présentation successive des deux films par France 3 répondait alors à un souci « d’équilibre » de la part de cette chaîne publique. D’autant qu’à la différence

    du film de Monsieur Aknine, celui de Monsieur Cayatte, et c’est ce qui lui enlève irrémédiablement toute crédibilité, se contente, du propre aveu de son auteur, d’exposer ce que l’on croyait savoir de l’affaire en 1979. Il ignore donc délibérément et complètement les avancées décisives faites, depuis lors, dans la recherche de la vérité, et qui démontrent que cette version officielle de 1979 ne reposait que sur un mensonge d’Etat. C’est ainsi, à titre d’exemple, que Monsieur Cayatte feint d’ignorer que, selon la version officielle, la découverte du corps de Robert Boulin aurait eu lieu à 8h45 le matin du mardi 30 octobre alors même que les plus hautes autorités de l’Etat ont su que le corps avait été retrouvé vers 1 heure du matin. Cet état de fait est pourtant amplement démontré par les déclarations concordantes de Messieurs Raymond Barre, Christian Bonnet et Yann Gaillard, aujourd’hui sénateur.
    Trente-cinq ans après, ce documentaire nous propose donc un parfait remake de la campagne de diffamation orchestrée en 1979 contre Robert Boulin et son épouse, comme l’avait révélé le journaliste Philippe Alexandre la même année. Le documentaire en question n’hésite pas à outrager l’honneur et l’honnêteté d’un homme à qui le peuple français a donné sa confiance pendant deux décennies, en tentant notamment de faire accroire qu’il aurait touché un pot de vin en devenant propriétaire du terrain de Ramatuelle.
    Usant ad nauseam de l’amalgame, de l’allégation, du sous-entendu et de l’insinuation, ce documentaire caricature donc Robert Boulin en acteur vénal et subalterne de l’arène politicienne, victime malheureuse de la horde de ces « animaux politiques », conformément à l’image qu’ont tenté naguère de peindre ses ennemis et peut-être même ses assassins pour justifier la thèse officielle. La sinistre fable du suicide de Robert Boulin n’est plus seulement suggérée mais purement et simplement mise en scène. L’instrumentalisation des faits et de la personnalité de Robert Boulin va jusqu’à salir son honneur de résistant.
    Par un procédé des plus vils, Monsieur Cayatte n’hésite pas non plus à faire parler les morts, égrenant son récit d’extraits en voix off d’un livre de Bertrand Boulin, décédé en mai 2002, écrit à chaud sous le poids du deuil mais aussi sous le poids des mensonges des autorités de l’époque, quand il tentait de mettre ses propres mots sur l’inexplicable geste prétendu de son père. Faire un tel usage de ce livre est indigne alors que Bertrand Boulin n’a cessé ensuite et jusqu’à sa mort de se battre haut et fort contre la thèse officielle du suicide.
    Ce documentaire est un petit illustré de la bonne et vieille méthode de la désignation / dissimulation : on cite quelqu’un, mais on ne cite pas ce qu’il dit. Ainsi, à la suite de sa diffusion, Jean Charbonnel avait écrit au président de France Télévisions pour s’indigner de la manipulation de son témoignage par Monsieur Cayatte. Cette lettre, dont vous trouverez ci-joint copie, a été publiée par Le Figaro. Il est étonnant et très regrettable que les responsables de LCP aient choisi d’en ignorer le contenu alors qu’elle jette un discrédit des plus définitifs sur le travail de Monsieur Cayatte.
    Dans la présentation du documentaire, LCP se contente d’indiquer que la famille de Robert Boulin a refusé d’y participer en prenant soin de taire ses motivations. Ce refus était, et à juste titre, exclusivement lié à notre crainte, consécutive à deux entretiens préalables avec Monsieur Cayatte, de voir nos témoignages tronqués et manipulés comme cela s’est avéré avec celui de Monsieur Charbonnel.

    Sans doute à cause de l’apparente crédibilité que lui confère à tort sa diffusion sur LCP, ce documentaire se trouve aujourd’hui le seul disponible sur le site de l’INA, institution elle aussi publique et financée par l’impôt, alors qu’un grand nombre de travaux journalistiques beaucoup plus sérieux sur l’affaire Boulin ont été diffusés au cours des 35 dernières années sur différentes chaînes publiques et privées.
    Le traitement de l’affaire Boulin dans ces médias publics est manifestement déséquilibré, si tant est que l’équilibre entre le mensonge et la vérité soit une quête légitime. Peut être cela n’étonnera personne, en cette période de déclin moral et intellectuel du politique, dont l’assassinat de Robert Boulin, alors ministre en exercice, est une étape symbolique et historique déterminante.
    Mais cela doit cesser au plus vite. Cette diffusion relève en effet d’une tentative de propagande et d’intoxication de téléspectateurs-citoyens qui, parce qu’ils financent ces structures et comme le prévoient les statuts de celles-ci, ont droit à une information loyale, impartiale et intègre sur l’histoire de notre pays.
    Afin de garantir comme la loi vous y oblige l’impartialité de l’information diffusée par LCP dans une affaire en cours et dont la prescription, sauf réouverture du dossier, ne sera effective qu’en janvier 2016, nous vous demandons donc, au nom de la famille Boulin et de l’Association Robert Boulin-Pour la Vérité, que le documentaire-fiction de Pierre Aknine soit diffusé sur la chaîne LCP dans des conditions de fréquence et de créneaux horaires identiques à celles du programme de Gilles Cayatte.
    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre haute considération.
    Fabienne Boulin Burgeat Marie Dosé
    Avocat à la Cour
    cc. Membres du Bureau de l’Assemblée Nationale
    MM. Florent Boudié et Bruno Le Roux, Députés.

  5. En s’emmurant dans un silence qui évoque l’omerta des mafias, les plus hauts (ir)responsables de ce pays nourrissent et stimulent les théories du complot. En l’espèce, le meurtre est évident et l’Etat ne fait rien; donc quand il ne fait rien parce qu’il n’y a rien que ce qui a été annoncé officiellement, par exemple, un accident (Coluche, JE Allier) un crime crapuleux (Yann Piat) ou un suicide (Bérégovoy), la population pense qu’on lui cache quelque chose. Que les représentants de la droite n’aient rien fait quand ils étaient au pouvoir c’est normal car le coup venait de chez eux. Mais que la gauche supposée veillée par la justice ne fasse rien est scandaleux et dangereux. Cela constitue le terreau idéal pour l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir dans ce pays. Hollande n’était peut être pas « équipé » mentalement pour exercer ses fonctions.

    • Je pense que vous résonnez tel que les politiques le souhaite , c’est à dire installer mentalement une différence entre la droite et la gauche, le blanc et le noir , le bon et le mauvais etc…. Sauf que la politique n’est qu’un monde poreux et cela depuis la nuit des temps. J’ai pu exceptionnellement consulter un document listant les membres du SAC il y a une vingtaine d’années. Il y avait de tout: des repris de justice, des dockers en mal d’aventures, des anciens combattants mais aussi des anciens du STO, des communistes, des socialistes , des ouvriers qualifiés. Il faut savoir que le service d’ordre de Gaston Deferre pour des manifestations politiques était garni de gens du SAC …. De même Roland Dumas a fréquenté pendant pas mal de temps Foccart et sa bande. D’ailleurs l’avocat Jacques Vergès en savait un rayon sur le sujet. Pas très surprenant que les caciques de la droite et de gauche soient pris en flagrant délit de solidarité…..

  6. Bonjour à Fabienne que je félicite pour son combat. J’ai toujous pensé qu’il s’agissait d’un crime d’état. Ami de Bertrand qui ne s’est jamais remis de ce drame j’espère que la vérité va advenir enfin.
    Bonne continuité à vous,

    Claude Sigala

  7. Bonjour madame Boulin,
    Tenez bon l’honneur d’un père propre comme Robert Boulin mérite cela
    et la verité…car les témoignages sur France inter prouvent l’assassinat !!!
    Bien sur, les Journalistes ont peur et coirent les pompes des politiques PS RPR devenu UMP….l’UMPS etouffe cette affaire….et fait tout pour empecher la venue d’un Gouvernement FN…à cause de leurs casserolles.
    La forte progression du FN et MLP est une preuve que les Francais en ont marre des élus pourrios, corrompus, et jamais en prison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>